Jean-Paul Meiser
Quand parlent les masques
#120



Exposition du 20 au 29 mai 2021
Ouverture mercredi 19 mai de 17h à 20h

Ces masques ne deviennent-ils pas subrepticement des images de notre société
comme ceux d’Afrique représentaient les peuples africains. Mais ces masques
d’art, empreintes d’emballages, paraissent d’une abstraction propre au produit
mondialisé, loin de leurs mythiques ancêtres africains ou gréco-romains…
En latin le masque (de théâtre) se dit bien persona. À ce niveau de discussion,
on touche au-delà de l’identification, au signe. Ces masques s’animent.
D’une certaine manière, ils nous posent question, particulièrement devant la
vidéosurveillance, la reconnaissance faciale qui envahissent l’espace, même en
France. Que dire des nouvelles images dans nos sociétés, de leurs utilisations ?
Par ailleurs les chanteurs Daft Punk, les Blacks Blocs, des policiers en mission
eux-mêmes avancent cagoulés… A contrario la mascarade va-t-elle constituer un
refuge si nous voulons sauvegarder notre vie privée ?

U. Edma, 22 janvier 2020

Réponse inattendue de l’histoire : « Portez des masques contre le coronavirus ! »
nous répètent les médias depuis un an. Notre civilisation, ayant soumis la terre
plutôt que de la respecter, va-t-elle se caractériser par cette nouvelle pratique ?
Notre visage perdra-t-il plus de la moitié de son expression dans l’espace social ?
Autre conséquence, la communication risque-t-elle de se réduire, en définitive,
aux signes informatiques, justifiant le « sans contact » ?
Après confinements, déconfinements, toutes ces questions se posent jusqu’au
citoyen le plus modeste. Les Masques Bleus de Meiser, depuis une décennie, ont
étrangement précédé l’événement. Ils démasquent un avenir équivoque.

U. Edma, 21 février 2021