Géométrie Discursive
(édition parisienne)
#86

Exposition du 25 au 4 mai 2019
Vernissage le mercredi 24 avril de 18h00 à 21h00

La Géométrie Discursive (ang. Discursive Geometry) est un courant de l’art
géométrique contemporain, dont la caractéristique est la capacité d’entrer dans
des discours autres que les siens.
Mark Starel, le créateur de la Géométrie Discursive, a ouvert (en 2011) une nouvelle
voie pour le développement de l’art concret mettant l’accent sur la couche discursive
des oeuvres, sur la recherche des liens entre l’art et la réalité quotidienne
et sur l’arrêt de la recherche des principes universels de l’art.
La géométrie discursive prend ses racines dans les travaux de Mark Starel, plus
particulièrement dans le concept d’art statistique (1999) et le concept de réalité
statistique (2007), ainsi que dans les oeuvres de Rita Ernst (Suisse), Josef Linschinger
(Autriche), Gerhard Hotter (Allemagne) et Jean François Dubreuil (France).
En 2011, le professeur Grzegorz Sztabinski a considéré qu'il était nécessaire de
compléter les notions de l’art concret et l’art en tant que philosophie par le concept
de la géométrie dans le discours. Sztabinski applique le concept de géométrie
dans le discours non seulement à l'art en général, mais également aux discours
en sciences humaines, principalement en philosophie. En 2015, il a défini la
géométrie discursive comme pratique interdiscursive, à la frontière de nombreux
discours.
Depuis 2012, Mark Starel s’est entouré de nombreux jeunes artistes polonais,
dont Maciej Zdanowicz, Joanna Zak, Przemysław Suliga, Jakub Matys, Konrad
Hajdamowicz, Tomasz Jędrzejko et Aleksandra Łatecka, qu'il a intégrés à des
projets communs.
En 2015-2018, il a organisé une série d'expositions et de conférences internationales
intitulées "Géométrie dans le discours. Discours en géométrie. "
Lors de ces manifestations il est devenu évident que les changements sociaux,
culturels, technologiques et artistiques pouvaient impacter l'art géométrique et
ont inauguré une nouvelle contemporanéité de l'art géométrique.
Starel a répertorié les domaines d’activité des artistes sélectionnés, ces domaines
se référent aux discours sociaux, aux sciences humaines et aux sciences :
1. Maria Cuevas - Biomimétique
2. Jean-François Dubreuil - Revue de presse, mass media
3. Rita Ernst, Aleksandra Łatecka - Architecture
4. Konrad Hajdamowicz - Film et vidéo
5. Gerhard Hotter, Jan Pamuła - Systèmes mathématiques
6. Tomasz Jędrzejko - Sport et poids
7. Josef Linschinger - Texte
8. Manfred Mohr, Mark Starel et Jakub Matys - Code informatique,
algorithme, procédure
9. Grzegorz Mroczkowski - Paysage
10. Mark Starel - Réalité statistique, l'homme en tant que base de données
11. Przemysław Suliga - Vie artificielle
12. Joanna Zak - Vie quotidienne
13. Maciej Zdanowicz - Musique, paysage sonore
Les artistes faisant partie du collectif "Géométrie Discursive" ne possèdent pas de
programme commun.
La convergence d’expériences créatives antérieures, situées aux limites de l’art
concret, à l’interface de l’art et de la science, de l’art et des données visuelles est
le point commun des expositions du collectif.

Professeur Wieslaw Lucza